Les COULMANCE France ou Belgique

blason-coulmance1

Blason familial

L’ancêtre qui a donné son nom à la lignée COULMANCE vers 1539 suite à l’ordonnance de Villers-Cotteret venait probablement de Flandre (ou Flandre belge) formée de la fusion de la Communauté flamande et de la Région flamande, une division territoriale aux institutions politiques et administratives propres qui correspond à la moitié nord et néerlandophone du Royaume de Belgique. Il devait se prénommer Coolemans ; on peut penser à une francisation du flamand Coolemans (rattaché au prénom Nicolas), mais il est impossible de l’affirmer sans preuve. A son arrivée en France, son prénom serait donc devenu le nom patronymique de ses descendants.

Le plus ancien COULMANCE connu à ce jour se nomme Jean, Placide. Il est originaire de la ville de Vervicq, dans le département du Nord, à la frontière franco-belge, où il serait né vers 1735.

index

C’est une charmante petite commune d’environ 1500 habitants à l’époque. Elle a la particularité d’être traversée par une rivière, la Lys. Cette originalité bucolique et fort agréable au quotidien a marqué profondément l’histoire de la ville.

En 1667 suite aux conquêtes de Louis XIV, la ville est coupée en deux avec pour frontière naturelle, la Lys. La partie nord se retrouve sous influence autrichienne et suivra le sort des provinces belges, la partie sud sous influence française est rattachée à la Flandre maritime et correspond à la création de Wervicq-Sud. Cette division sera scellée par les traités d’Utrech en 1713.

 Lors de la naissance de Jean, Placide, la commune est connue depuis le XIème siècle pour sa draperie très réputée. La région produit des matières premières de qualité et le savoir-faire ancestral concentre des ouvriers qualifiés. Le textile alors tissé permet des découpes minutieuses. C’est donc très naturellement dans cette voie que s’oriente Jean, Placide. Il devient tailleur. Il a l’exclusivité de la réalisation des habits neufs, il taille, coud et vend les habits ainsi réalisés. L’habit est le vêtement extérieur qui couvre le buste. Il ne fabrique pas les bas, les souliers ni les chapeaux. Ce métier lui plaît beaucoup même s’il reste un ouvrier et de modeste condition.

images 

Malheureusement vers 1760, la production de textile tend à disparaître de la commune. La culture du tabac se développe à la place. Jean, Placide décide alors de quitter la commune. Il part s’installer à Paris en 1761.

parisLa commune compte alors 500.000 habitants et la vie à la ville est très différente. La nature est beaucoup moins proche ; reste la Seine qui lui rappelle sa Lys natale.

Malgré tout, les professions se regroupant par quartier, il retrouve la vie de village et la solidarité qui lui est si chère. Jean, Placide réussit à poursuivre sa carrière de tailleur dans le 6ème arrondissement.

 Je me suis longtemps posée la question mais tous ces éléments attestent qu’il est né français.
Je pars à la recherche de ses ascendants dans le Nord.

Publicités

4 réflexions sur “Les COULMANCE France ou Belgique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s